Concorde - Recherche documentations -

Exprimez vous, libres opinions, vos idées...

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar nord2000 » 18 Juin 2018, 10:03

Si on va par là, la Saturn V enterre tout le monde !
nord2000
 
Messages: 1597
Inscrit le: 29 Avr 2003, 17:17
Localisation: Paris Ouest

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar Bee Gee » 18 Juin 2018, 12:27

Il suffit de bien peu de choses pour réveiller un forum qui s'endort, et ça, j'aime bien !

Pour le reste on n'a que faire que untel fasse 40 minutes en supersonique et 2h00 pour un autre.

Les militaires volent rarement en supersonique, ils volent donc sur de mauvais subsoniques à 90% du temps, leurs avions, bâtards, cul entre deux chaises, ne pouvant être optimum ni dans un cas ni dans l'autre.

Les civils ne le feront plus jamais. On est à mach 0.85 pour encore un grand bout de temps, et si le prix du pétrole s'envole, ce qui arrivera fatalement un jour, peut être faudra t'il se contenter de mach 0.70. A moins qu'on trouve une improbable source de perlimpinpin.

Dans l'état actuel des choses, seul compte gagner un peu de pognon à faire du traine couillon, et surtout essayer de ne pas en perdre, et c'est bien ce qui a été fatal à Concorde qu'on a fait voler sous perfusion grâce à nos impôts, mais c'était une autre époque, désormais révolue, on peut certes le regretter, moi le premier, mais c'est ainsi.
..
On est pas des ... quand même !
Bee Gee
 
Messages: 1073
Inscrit le: 08 Sep 2003, 11:13

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar seb16trs » 18 Juin 2018, 13:04

Bee Gee a écrit:Il suffit de bien peu de choses pour réveiller un forum qui s'endort, et ça, j'aime bien !

Pour le reste on n'a que faire que untel fasse 40 minutes en supersonique et 2h00 pour un autre.

.


Bin... et le plaisir de l'exactitude? Y en a d'autres qui regardent le foot, moi en théorie j'embête moins mon voisinage avec mes trucs de bénédictin, hein, j'dis ça j'dis rien... :wink: 8)
seb16trs
 
Messages: 9
Inscrit le: 03 Jan 2010, 00:11

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 21 Juin 2018, 16:03

Sur le sujet de l'exactitude, j’ai ouvert dernièrement une nouvelle rubrique sur les montres Concorde :

http://cockpit.francois.pagesperso-oran ... ntres.html

Merci aux TRES nombreux contributeurs et en espérant vous faire découvrir un peu d’inédit aussi.
Amicalement à tous
François

PS: Si vous avez des objets non référencés sur le sujet, preneur forcément, grand merci d'avance. :wink:

Image

Image
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 28 Juin 2018, 06:24

Dans les bonnes nouvelles Concorde, Sierra Delta situé sur Athis-Mons a retrouvé une jolie visière transparente.
Plus d'informations en cliquant sur le lien suivant pour en apprendre plus sur le démontage et remontage, par exemple.

http://museedelta.wixsite.com/musee-del ... si%C3%A8re

Et les travaux d’améliorations de l'aspect du cockpit continuent toujours plein pot. :D
François

Image
Source photo : http://museedelta.wix.com/musee-delta
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 08 Juil 2018, 12:36

Article sur le musée d'Athis-Mons et Concorde dans le dernier mag "Piloter" juillet-aout 2018.
Les articles sur le T6 et le Dc3 sont très bien aussi.
François
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 09 Juil 2018, 12:29

Dont voici d’ailleurs la couverture :
Image
https://www.facebook.com/pilotermag
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar Dominique » 18 Juil 2018, 10:17

Pour rouvrir la parenthère sur le SR71, je me suis permis de commettre une traduction de cet extrait trouvé sur le net, provenant du bouquin Sled Driver de Brian Schul qui a été pilote sur SR71 dans les années 70. Lequel bouquin n’est plus édité et est introuvable même d’occasion, ce qui est bien dommage. :cry:

Les linguistes me pardonneront l’approximation de ma traduction, laquelle est certes très imparfaite, mais pouvant être utile aux non-englishophones. :wink:

«Il y avait beaucoup de choses que nous ne pouvions pas faire avec un SR-71, mais on était les gars les plus rapides du coin et adorions rappeler ce fait à nos collègues aviateurs. À cause de cela les gens nous demandaient souvent si c'était fun de faire voler cet appareil. Fun ne serait pas le premier mot que j'utiliserais pour décrire le pilotage de cet avion. Intense, peut-être. Cérébral, même. Mais il y a eu un jour dans notre pratique du Sled [le surnom donné au SR-71 par les équipages de l'USAF] où nous aurions pu dire que c'était un pur plaisir d'être les gus les plus rapide dans les environs, au moins pour un moment.

C'est arrivé quand Walt et moi effectuions notre ultime vol d'entrainement. Nous avions besoin de 100 heures sur l'appareil pour terminer notre entraînement et atteindre le statut "Prêt pour la Mission". Quelque-part au dessus du Colorado nous avions passé ce cap. Nous fîmes le virage de retour au dessus de l'Arizona, et le jet fonctionnait impeccablement. Mes instruments étaient parfaitement sous mon contrôle, et nous commencions à nous sentir très à l'aise, pas seulement parce que nous allions bientôt effectuer des missions réelles, mais parce que nous avions acquis une grande  confiance dans l'avion ces dix derniers mois. Ferraillant au dessus du désert aride 80000 pieds en dessous de nous, je pouvais déjà presque distinguer la côte californienne depuis la limite de l'Arizona. Finalement, après de nombreux mois d'étude et de séances de simulateur qui m'avaient rendu très humble, j'étais devant mon avion.

Je commençais à me sentir un peu désolé pour Walter dans le siège arrière. Il y était responsable de l'écoute de quatre radios différentes, sans réellement la possibilité de distinguer l'incroyable vue devant nous. C'était un bon entraînement pour lui quand nous allions commencer à effectuer des missions réelles, quand une communication de l'Etat-Major pourrait être vitale. Aussi il avait été difficile pour moi de renoncer au contrôle des radios, comme durant toute ma carrière de navigant j'avais été en charge de mes propres communications radio. Mais ça faisait partie du partage des tâches sur cet avion et je m'y étais adapté. J'avais néanmoins insisté pour prendre en charge les communications quand nous étions au sol. Walt était excellent dans beaucoup de choses, mais il n'avait pas mon expérience de parler de façon homogène à la radio, un savoir-faire qui avait été affiné pendant des années en escadron de chasse où la plus légère erreur de communication pouvait impliquer des conséquences désastreuses. Il comprenait cela et m'autorisait ce luxe.

Juste pour avoir une idée de ce que Walt avait à gérer, j'avais tiré les boutons d'écoute et et surveillais les fréquences avec lui. Le bavardage prédominant à la radio était celui de Los Angeles Center, loin en dessous de nous, contrôlant le trafic local dans son secteur. Même s'ils nous avaient sur leur écran radar (bien que brièvement), nous étions en espace non contrôlé et normalement n'avions pas à leur parler sauf si nous devions descendre dans leur secteur.

Nous écoutions, alors que la voix tremblotante d'un pilote de Cessna en solo demandait au Centre une indication de sa vitesse-sol. Le Centre répondit "Novembre Charlie 175, je vous vois à 90 noeuds de vitesse sol".

Ce qu'il fallait comprendre au sujet des contrôleurs aériens, était le fait qu'ils parlent à un bleu-bite dans son Cessna ou à Air Force One, ils parlaient toujours exactement dans le même ton calme, profond et professionnel qui faisait qu'on se sentait important. Je le comparais à la voix de "Houston Center". J'ai toujours ressenti qu'après des années de visionnage de documentaires sur le programme spatial de ce pays et d'écoute de la voix calme et distincte des contrôleurs de Houston, tous les autres contrôleurs avaient alors envie de sonner comme cela, et basiquement ils le faisaient. Et peu importe la partie du pays dans laquelle nous volions, il semblait que c'était toujours le même gars qui parlait. Au fur et à mesure des années cette tonalité de voix était devenue une sonorité rassurante pour les pilotes où qu'ils étaient. Réciproquement, au fur et à mesure des années, les pilotes voulaient toujours veiller à ce que, lorsqu'ils appelaient, ils sonnent comme Chuck Yeager, ou au moins comme John Wayne. Mieux vaut mourir que mal sonner à la radio.

Quelques instants après la requête du Cessna, un bi-moteur Beech surgit sur la fréquence, d'un ton supérieur, et demanda sa vitesse-sol. "Je vous vois à 125 noeuds de vitesse-sol". Mec, je me dis, ce Beechcraft doit vraiment penser qu'il impressionne son frangin en Cessna... Et alors surgit la fréquence le pilote d'un F18 de la Marine provenant de la base aéronavale de Leemore. Vous saviez tout de suite que c'était un jockey de la Marine, à son ton très décontracté. "Contrôle, Dusty 52, vitesse-sol s'il vous plaît". Avant que le contrôle puisse répondre, je me dis ceci : hé, Dusty 52 a un indicateur de vitesse-sol dans son cockpit à un million de dollars, alors pourquoi il demande l'info au centre de contrôle ?. Et alors bien évidement ça m'a sauté à la figure : il veut être certain que toutes les trapanelles de Mont Whitney à Mojave sachent ce qu'est réellement la vitesse. C'est le gus le plus rapide du quartier aujourd'hui, et il veut juste que tout le monde sache combien il a du fun dans son Hornet flambant neuf. Et la réponse, toujours avec la même voix calme, avec plus de mélodie que d'émotion : "Dusty 52, je vous vois à 620 noeuds de vitesse-sol".

Et je me dis à moi même, c'était servi sur un plateau, non ? Comme instinctivement ma main se posa sur le bouton du micro, il fallait que je me souvienne que Walt était en charge des communications. Pourtant, je me dis, ça doit être fait - c'est juste une question de secondes, nous serons hors du secteur et l'occasion sera perdue. Ce Hornet doit mourir, et mourir maintenant. Je pensais à tous nos entraînements au simu et combien il était important que nous progressions comme un équipage , et savais que me précipiter sur la radio détruirait l'intégrité de tout ce que nous avions effectué. J'étais déchiré.

Quelques part, 13 miles au dessus de l'Arizona, un pilote était en train de hurler dans son casque d'astronaute. Et alors, je l'entendis. Le déclic du bouton du micro de la place arrière. Ce fut le moment précis où je sus que Walt et moi-même étions devenu un équipage. Très professionnellement, et sans émotion, Walt parla : "Los Angeles Center, Aspen 20, pouvez vous nous donner notre vitesse-sol ?" Il n'y eut pas d'hésitation, et la réponse vint comme si c'était une requête de tous les jours : "Aspen 20, je vous vois à 1842 noeuds".

Je pense que c'était les 42 noeuds que je préférai, le contrôleur étant si précis et fier de nous délivrer cette info sans hésitation, et vous saviez juste qu'il était en train de sourir. Mais le moment précis où je sus que Walt et moi allions devenir réellement de très bons amis pendant longtemps fut quand il appuya le bouton du micro une nouvelle fois et dit, dans sa voix la plus à-la-pilote-de-chasse "Ah, Center, merci beaucoup, nous avons une indication plus proche des 1900 au total."

Pendant quelques instants, Walter fut mon dieu. Et finalement, nous entendîmes une petite brèche dans l'armure de la voix de "Houston Center", quand L.A. revint avec "Bien reçu Aspen, votre équipement est probablement plus précis que le mien. Les gars, vous êtes méritants."

Tout cela avait duré simplement quelques instants, mais dans ce court sprint au dessus du sud-ouest, la Marine avait été descendue en flammes, tous les avions sur la fréquence avaient été obligés de s'incliner devant le Roi de la Vitesse, et plus important, Walt et moi avions franchi le seuil de devenir un équipage. Une bonne journée de travail. Nous n'entendîmes plus aucune transmission sur cette fréquence tout du long vers la côte.

Juste un jour, ça avait été réellement fun d'être les gus les plus rapides dans le coin. »

Dom
Dominique
 
Messages: 382
Inscrit le: 01 Juin 2004, 21:11
Localisation: Neuilly (92) et Autun (71)

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 18 Juil 2018, 10:57

Oh la très bonne idée que voilà, j’avais eu la même en 2017 !
http://cockpit.francois.pagesperso-oran ... ture7.html
Ta traduction étant mieux Dominique, avec ta permission s'il te plait, je modifierai probablement un peu la mienne qui d’ailleurs comporte des fautes inexcusables…
Et même si aussi, à priori nous n’avons pas exactement le même texte source.
François

PS : J’ai eu la chance d’avoir quelques échanges mails avec Brian Schul, c’était très instructif.
Je possède aussi un livre dédicacé.
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar Dominique » 19 Juil 2018, 08:17

Heureux veinard François, que tu aies pu échanger avec Brian Shul. Le gars a eu une carrière bien remplie dans l’USAF...

Et bien entendu tu reprends mon texte dans ton site, aucun problème, je n’ai pas l’intention de déposer de copyright.. 8)

Dom
Dominique
 
Messages: 382
Inscrit le: 01 Juin 2004, 21:11
Localisation: Neuilly (92) et Autun (71)

Re: Concorde - Recherche documentations -

Messagepar François VFR » 19 Juil 2018, 11:55

Merci Dominique.
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Précédent

Retour vers Libre service