Bimoteur construction bois

Exprimez vous, libres opinions, vos idées...

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar seb16trs » 16 Juil 2018, 23:08

François VFR a écrit:
JLS a écrit:Non c'est une chose étrange que les alliages de la période 50 - 60 résistent très mal à la corrosion intergranulaire.

Tiens, il faudra que je demande à mes anciens de la construction aéronautique ce qu’ils en pensent.
Peut être est-ce lié à une envie manifeste d’alléger les alliages et que la maitrise n’était pas encore suffisamment au rendez-vous ?
Ou encore, on m’a déjà expliqué que sur des assemblages de pièces jointives, certains matériaux entre eux ne font pas bon ménage, et on ne s’en est pas obligatoirement rendu compte de suite.
Après il y a forcément le cahier des charges, la qualité de la maintenance et dans quelles conditions sont employées un aéronef, qui influent.
Exemple : un avion exposé dehors à l’air marin souffrira forcément bien plus vite qu’un autre ne volant pas et entreposé dans un abri climatisé avec une hygrométrie régulée.
François


Je ne suis pas un métallurgiste mais quels alliages, précisément? Certains sont réputés fragiles, mais on a voulu essayer (Zicral, magnésium, etc...)
seb16trs
 
Messages: 9
Inscrit le: 03 Jan 2010, 00:11

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar JLS » 17 Juil 2018, 06:28

je n'ai aucune précision à ce sujet, l'information m'avait été donné telle quelle par le patron de la collection avion du MAE dans les années 90, il avait quelques raisons de comprendre l'évolution des matériels...
Liberté Egalité Electricité http://www.aeroskylux.com/
JLS
 
Messages: 666
Inscrit le: 19 Août 2008, 11:17
Localisation: Oulanbataar de temps en temps seulement

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar François VFR » 18 Juil 2018, 17:34

Bonjour Jean-Luc,
Suite, car voici la réponse d’un ancien de chez Airbus (merci Michel) plutôt intéressante, que du coup je mets en totalité.
Il a connu pas mal d’appellations pour l’entreprise et tenu différents postes aussi (membre Patrimoine Nantais de la Construction Aéronautique actuellement), il en connait un rayon.

« Bonjour François,
A mon avis, 1950-60 c’est une période d’après-guerre où les alliages « aéronautiques » étaient faits à partir d’alu neuf et d’alu de récupération. La pureté et la composition des alliages ne devaient donc pas être au top. De ce fait il pouvait se produire des phénomènes de « couple électrolytiques » internes entrainant de la corrosion intergranulaire.
Dans l’automobile, c’est assez comparable quand, dans les années 70-80 il y a eu des mélanges d’acier neuf et de récupération. Conséquences : les carrosseries rouillaient très vite !...
Ensuite, le BE a travaillé et fait des programmes de recherche sur les matériaux et on a pu déterminer les meilleures compositions en fonction des zones de l’avion et des efforts :
AZ5GU ou Zicral meilleur en compression (extrados du TR21 Airbus),
AU4G1 ou Duralumin (Dural) meilleur en traction (intrados du TR21 Airbus),
AU2GN meilleur en tenue température (donc utilisé sur Concorde)
Par ailleurs, il y a eu des progrès dans le système Airbus de protection des pièces à 3 couches :
1. alodine (doré) ou OAC (oxydation anodique chromique) ou OAS (oxydation anodique sulfurique)
2. puis peinture « époxy » : la jaune/vert
3. puis peinture « polyuréthane » : la grise
Cdt
MR »
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar nord2000 » 18 Juil 2018, 18:55

Intéressant.
En même temps, on imagine mal un constructeur aéro développer un transport supersonique sans vérifier l'intégralité de la chaîne d'approvisionnement. Dans les années 70, Fiat avait activement contribué au développement du Mezzogiorno en implantant l'usine de fabrication des Alfasud à Pomigliano d'Arco, pas loin de Naples. La rumeur raconte qu'entre la mafia locale et les impératifs de rentabilité, ils ont racheté des tôles sur des chantiers navals qui démantelaient des navires et les ont envoyées à la fonderie avec les résultats qu'on imagine.
Un de mes amis avait acheté une jolie Alfasud Ti et s'étonnait du profil gondolé de l'aileron en plastique noir sur le coffre. Et pour cause, la lame d'acier, à la base de l'aileron et normalement à l'abri de l'air, était rouillée comme une vieille poêle restée à l'air libre.
nord2000
 
Messages: 1597
Inscrit le: 29 Avr 2003, 17:17
Localisation: Paris Ouest

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar JLS » 18 Juil 2018, 19:32

tout ça est très intéressant, merci les gars!
Liberté Egalité Electricité http://www.aeroskylux.com/
JLS
 
Messages: 666
Inscrit le: 19 Août 2008, 11:17
Localisation: Oulanbataar de temps en temps seulement

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar François VFR » 19 Juil 2018, 14:03

Réponse intéressante d’un autre Michel :

« En faisant appel à mes souvenirs, voici ce qui me revient :
Dans les années 50,il y a eu les catastrophes des Comet qui, je crois, ont été causées par l'utilisation d'un alliage à haute résistance mais présentant de la fragilité.
Dans les années 60, il y a eu la fabrication des Caravelles, on a redoublé de consignes de précaution quant aux rayures et autres imperfections de fabrication.
Les traitements de surface ont été soignés pour protéger le métal.
Dans les années 70, le zicral (7075 et7010) a fait l'objet de trempe + double revenu pour le désensibiliser à la corrosion intergr. »

Sur le sujet des Comet on peut rajouter qu’il y a eu erreur du choix de forme des hublots aussi à la conception.
Mais à la base, c’est bien une fatigue excessive sur un matériaux non adapté, je suis donc d'accord avec ce qu'il écrit.
François
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar seb16trs » 19 Juil 2018, 20:25

Pour Caravelle, ils ont je crois bien travaillé avec des coefficients de marge conséquents. De plus on était en pleine révolution des méthodes de calcul (voir la bibliographie de Timochenko, prof réputé de résistance des matériaux que l'on m'a conseillé).

Pour avoir fréquenté une Caravelle longtemps exposée aux éléments, l'ensemble s'en tirait fort bien, sauf les éléments secondaires en magnésium. Des corps d'amortisseur de TP éclatant comme du bois trop gonflé d'eau, quelle misère!
seb16trs
 
Messages: 9
Inscrit le: 03 Jan 2010, 00:11

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar JLS » 19 Juil 2018, 20:36

pour les comet il y a eu une histoire de méthode de rivetage aussi non?
Liberté Egalité Electricité http://www.aeroskylux.com/
JLS
 
Messages: 666
Inscrit le: 19 Août 2008, 11:17
Localisation: Oulanbataar de temps en temps seulement

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar nord2000 » 20 Juil 2018, 00:54

Pour le Comet, à priori, ce sont les cycles de compression/décompression de la cellule qui ont fait céder les rivetages autour des hublots. La pressu existait depuis avant la guerre et tous les quadrimoteurs qui traversaient l'Atlantique après guerre étaient pressurisés, mais il semble que les contraintes exercées sur un jet qui monte plus vite et haut aient été sous-estimées.
La Caravelle, elle, était réputée pour être construite "solide". Elle a d'ailleurs inauguré la lignée des "Zéro G".
(Elle avait pourtant emprunté son nez au Comet…) :wink:
nord2000
 
Messages: 1597
Inscrit le: 29 Avr 2003, 17:17
Localisation: Paris Ouest

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar François VFR » 20 Juil 2018, 23:59

nord2000 a écrit:La Caravelle, elle, était réputée pour être construite "solide". Elle a d'ailleurs inauguré la lignée des "Zéro G".
(Elle avait pourtant emprunté son nez au Comet…) :wink:

La « version décapotée » suite à collision en vol, prouve effectivement qu’elle est solide !
François
François VFR
 
Messages: 803
Inscrit le: 19 Jan 2008, 00:02
Localisation: Nantes

Re: Bimoteur construction bois

Messagepar nord2000 » 21 Juil 2018, 01:07

Accessoirement, c'était aussi un très bel avion.
Image
nord2000
 
Messages: 1597
Inscrit le: 29 Avr 2003, 17:17
Localisation: Paris Ouest

Précédent

Retour vers Libre service