Aviator...

Messagepar nord2000 » 30 Jan 2005, 11:33

Le film laisse une impression curieuse. Une première partie très bande dessinée américaine, fashion années 30, très "people" avec les multiples aventures féminines du grand Howard et honnêtement, c'est un peu long. Et puis, l'histoire prend un ton radicalement différent à partir de l'après-guerre et la lutte avec Pan Am par sénateur interposé.
Le climat y devient tendu, dense, et Scorcese a magistralement traduit l'ambiance crépusculaire qui a caractérisé les années d'après-guerre de son sujet. Sans rien dévoiler, on peut y voir une allusion à peine voilée à 'Citizen Kane'.
Leonardo Di Caprio y fait une composition remarquable et sa lente transformation en tycoon mégalomane dévoré par ses névroses obsessionnelles est époustouflante.
A voir (en VO si possible).
Dernière édition par nord2000 le 30 Jan 2005, 11:37, édité 2 fois au total.
nord2000
 
Messages: 1597
Inscrit le: 29 Avr 2003, 17:17
Localisation: Paris Ouest

Messagepar roms707 » 30 Jan 2005, 11:33

Bonjour

J'en sort de hier soir. Je l'ai aussi trouver maginfique. Il est vraix que les couleurs sont bizards, avec les 12 petits pois bleus. La dynamique de vol aussi avec le bombardier bimoteur dans le tournage de "Hell's Angel", un vikers vinny je crois, qui fait des ressources à 5G et justement le scénes du H-1 ou Leonardo manie le manche à balai comme un levier de boite de vitesse en faisant des grand "glonk", mais bon c'est du cinéma. Cela s'oublie vite, grâce à la composition de Leonardo. Je l'ai trouvé absollument bluffant dans la peau de Huges.

Domages que toute sa vie ne soit pas contée, mais le film aurait durré 5h.
J'ai repris ma chronique de l'aviation, Huges est mort en 1976 à 71 ans dans le crash de son Learjet. Il aurra donc vue l'arrivé du 707 "C'est là l'avenir..." , lui acheta commanda le convair 880 pour la TWA. Il a vue l'achat du 747 par Juan tripp. Il aura aussi vue l'arrivée du Concorde. Il est aussi mentionné qu'il ne traitait les affaires de la TWA que par télephone et qu'on ne pouvait savoir où il se trouvait.
roms707
 
Messages: 829
Inscrit le: 10 Juin 2003, 17:38
Localisation: Besançon, Franche-Comté

Messagepar stephane greiner » 30 Jan 2005, 11:46

Crash de Learjet???
J'ai entendu dire qu'il avait passé les dernières années de sa vie dans un grand hôtel d'Acapulco,et y serait mort.
stephane greiner
 
Messages: 3225
Inscrit le: 19 Avr 2003, 14:33
Localisation: Montargis (45),et Etampes (LFOX).

Messagepar FlyAway » 30 Jan 2005, 11:51

Tiens, tiens, pour moi il a passé les dernières années de sa vie cloîtré et complètement isolé du monde dans l'attique de son casino "Dunes" de Las Vegas...
:?: :?: :?:
FlyAway
 
Messages: 1333
Inscrit le: 19 Fév 2003, 18:53

Messagepar stephane greiner » 30 Jan 2005, 12:00

j'ai entendu 2 émissions sur lui à la radio,il est soit mort dans cet hôtel d'Acapulco soit dans l'avion qui le ramenait vers le Texas,mort de sa belle mort et non dans l'accident de l'avion en question.

quizzzz :?: :?: :roll:
stephane greiner
 
Messages: 3225
Inscrit le: 19 Avr 2003, 14:33
Localisation: Montargis (45),et Etampes (LFOX).

Messagepar Echo Romeo » 30 Jan 2005, 19:56

Le mystère entourant sa mort plane encore...

Je viens de lire deux biographies d'origines bien différentes, et voilà déjà deux versions :

Selon "Les Echos" : http://www.lesechos.fr/info/rew_loisirs/4207719.htm
"...jusqu'en avril 1976, date de la mort du milliardaire, bourré de codéine, dans un avion à destination d'Acapulco. "

Selon "famoustexans.com" : http://www.famoustexans.com/howardhughes.htm
"Death: Hughes died April 5, 1976, en route by private jet to a hospital in Houston. His drastically changed appearance and the fact that he had been seen by so few people for so long forced the Treasury Department to use fingerprints to identify his body."

Bon, personellement, j'avoue que la résolution de ce mystère me passionne moins que la récente trouvaille d'un certain P-38...
Echo Romeo
 
Messages: 1186
Inscrit le: 01 Juil 2003, 10:30
Localisation: Belgique

Messagepar Echo Romeo » 01 Fév 2005, 00:59



J'ai enfin vu le film. Pour faire bref, j'ai adoré, mais il me laisse une sensation inhabituelle. Je l'ai trouvé trop long, sans percevoir de longueurs à des moments précis. Le montage est vif, les plans alternent vite, il y a beaucoup de cadrages percutants, mais je me suis surpris à souhaiter que l'intrigue se déroule plus rapidement. Les couleurs ne m'ont pas choqué, et finalement, l'aspect résolument lisse et artificiel des scènes aéronautiques ne m'a pas dérangé. Il faut dire qu'avec sa forme presque maniérée, on était plus proche d'une BD signée par un peintre hyper-réaliste que d'un documentaire à base d'images d'archive.
La grande surpirse fut pour moi le jeu de Leonardo DiCaprio, qui vient de prouver là qu'il est désormais un acteur d'une grande stature (exit le jeunot boutonneux).
Un grand film, mais qui aurait gagné à être davantage épuré afin de mettre en valeur certaines scènes d'anthologie, qui ne parviennent malheureusement pas à s'échapper de ce magma bouillonnant.

Ah si, le déjaugeage du Hercules, aussi caricatural soit-il, vous prend aux trippes. Et l'apparition du comité de censure aux visages austère sans transition après la boutade "qui dans ce pays ne s'intéresse pas aux nichons ?" me fait encore rire...

Pour en revenir à Howard Hughes, voici le lien vers l'émission 2000 ans d'histoire sur France-Inter. Sélectionner celle du 26 janvier, et vous saurez tout sur cet homme étrange :
http://www.radiofrance.fr/chaines/franc ... ecoute.php
Là, on peut entendre un extrait des information du jour de sa mort, où il est affirmé qu'il serait décédé à bord d'un avion à destination de Houston, mais de mort naturelle.

Enfin, je rappelle ce lien vers le site du projet de réplique du H-1, qui dans une tragique répétition de l'histoire, a été détruite à la suite d'une panne moteur en tuant cette fois-ci son pilote :
http://www.wrightools.com/hughes/

Bonne soirée
Echo Romeo
 
Messages: 1186
Inscrit le: 01 Juil 2003, 10:30
Localisation: Belgique

Messagepar roms707 » 01 Fév 2005, 10:22

Salut

L'article que j'ai ne parle effectivement pas de crash mais il dit: "Howard Hughes s'est tuer à bord du learjet qui le conduisait de Acapulco à Huston..."
roms707
 
Messages: 829
Inscrit le: 10 Juin 2003, 17:38
Localisation: Besançon, Franche-Comté

Messagepar Pegase.tv » 01 Fév 2005, 11:54

...J'ai revu hier soir Aviator, à tête reposée, et un ou deux trucs m'ont quand même frappé. Quand par exemple HH évoque, en pleine guerre, la concurrence des airlines européennes subventionnées sur l'axe nord-atlantique, il mentionne Air France (qui à l'époque était en sommeil, mais dont effectivement on pouvait attendre qu'elle ressuscite une fois la guerre terminée), et Lufthansa. Ca, ça me met en rogne. Car vu le budget et le calibre des conseillers dont se sont entourés le réalisateur et les coproducteurs, il m'apparaît trés improbable que quiconque en Amérique, même HH, ait pu envisager une ressuscitation de Lufthansa alors même que les alliés faisaient quotidiennement tout leur possible pour écraser l'Allemagne, au propre et au figuré. Le dialoguiste aurait pu substituer à Lufthansa British Overseas, encore plus subventionnée à l'époque que la compagnie allemande ne l'était avant-guerre, d'ailleurs, car perdant de l'argent à trés haut débit. Ca ne coûtait rien, et c'était vrai.
Autre anomalie, celle de la scène où HH dévoile son bipoutre de reconnaissance à Bob Gross, big boss de Lockheed, dont la version photo du Lightning va évidemment se trouver directement concurrencée par le monstre de Hughes, et qui est venu lui présenter le Conctellation. Drôle de scène, incompréhensible d'un point de vue dramaturgie, mais aussi au plan crédibilité historique. En fait, le Constellation était en gestation depuis 1939, et HH était évidemment tenu au courant de tout ce qui touchait à ce projet, alors que la scène est supposée se jouer en 43/début 44.
Etrange, que Scorsese se soit donné autant de mal pour réussir magistralement un film aussi énorme, et que ses conseillers aient laissé passer des détails qui cassent un peu la magie.
Tiens, dans les histoires touchant à HH: un jour, il aligne sur la piste de Burbank un superbe (évidemment) Lockheed 12 tout neuf, fait son point fixe, et commence son décollage. Puis le train rentre et tout cela s'achève piteusement, sur le gésier, hélices en guimauve, la porte s'ouvre et Hughes descend sur la piste, chapeau sur la tête, et s'en va laissant tout en plan. La commande de train du Twelve était, c'est vrai, un monument de mauvaise ergonomie, et il était enfantin de rentrer le train par mégarde. Mais bon...
BC
Pegase.tv
Site Admin
 
Messages: 4094
Inscrit le: 06 Fév 2003, 16:19
Localisation: Nantes

Aviator, le côté HYDRAVIONS

Messagepar Xavier de Pramont » 01 Fév 2005, 15:54

Je lis avec énormément de plaisir la remarque précédente de Bernard Chabbert. J'étais moi-même un peu inquiet : Comment se pouvait-il que, compte tenu du montant budgétaire du film et du perfectionnisme dont font habituellement preuve nos amis américains, des défauts aient pu se glisser dans les parties techniques aéronautiques ?
Donc, Bernard Chabbert nous confirme qu'il est possible de réaliser un film grandiose tout en laissant passer, faute d'expert suffisamment présent et incisif, quelques erreurs techniques.
En matière d'hydravion, au risque de tomber dans le travers tatillon du professionnel, effectivement, les camarades de Marignane (salut, Eric !) confirmeront que, même par mer "choppy", les "gros" hydravions que sont les Canadairs et autres Albatross souffrent bien moins des "vagues" (qu'ils écrasent) que de la houle. Et quelle que soit la taille de l'appareil, modeste Lake Buccaneer, plus imposant HU Albatross ou Shin Mei Wa, on retrouve en fait pour tout hydravion un effet "bassin des Carènes" qui n'a pas été très bien restitué dans la séquence d'AVIATOR consacrée au décollage du Hercules (ou "Spruce Goose"). Je veux dire par là que, si le Hercules a connu des difficultés au décollage, elles ont plus surement été dues à deux autres types de difficultés que celle exploitée visuellement dans le film. On ne "tremble" pas en hydravion à coque. En revanche, on peut en "baver" dans deux cas de figure :
Premier cas : - difficulté à déjauger (trois raisons possibles : 1. avion trop chargé, 2. Manque de puissance, 3. houle courte et vicieuse qui interdit le passage sur le redan)
Deuxième cas : - après déjaugeage, houle forte et longue tour à tour projetant l'appareil vers le ciel, au mauvais moment, évidemment, alors qu'on n'a pas encore atteint la vitesse de sustentation, et le précipitant à l'inverse vers "le bas" dans l'instant qui suit. Là, croyez-moi, on en bave des ronds de chapeau, et, quel que soit le type d'hydravion, il arrive toujours un moment où on croit que la mer va avoir raison de vous. On sue à grosses gouttes, la machines est soumise à rude épreuve autant que le bonhomme. Chbam', Chbam', manche en avant, manche en arrière, on fait ce qu'on peut pour contrer le mouvement de la houle, il faut avoir vécu ce type d'angoisse pour vraiment se dire que, ce jour-là, dans la baie de Los Angeles, si Howard Hughes, malgré la taille de l'engin, a rencontré de telles conditions, la joie qu'il a éprouvée à prendre l'air a dû été à ce point herculéenne qu'à sa place, j'en connais pas mal "qu'y auraient disjoncté pour de bon" à devoir, après un exploit pareil, renoncer au développement ultérieur de l'appareil.
Tout çà n'enlève rien à l'esthétique des images aériennes, de celles "Hydravion" notamment. (Ah, cet enlèvement de Catherine Hepburn directement sur la plage, quelle scène).
Allez, merci de ce bon moment en votre compagnie, le devoir m'appelle. Je vous ai préparé un texte sur ce sujet "Aviator/Hydravion" que vous pourrez trouver en cliquant sur le lien ci-dessous.
Amitiés hydro-aéro et "bon film" à ceux qui ne l'ont pas encore vu.
Xavier de Pramont
http://seaplane.free.fr/aviator.htm
Xavier de Pramont
 
Messages: 1200
Inscrit le: 19 Jan 2005, 16:21

Messagepar StephB » 01 Fév 2005, 21:06

J'ai trouvé ça :

"Le mystère Howard Hughes
Diffusé sur France 5 : dimanche 6 février 2005 à 0h30 (câble et satellite) et à 9h20 (hertzien)"


en parcourant le site de FranceInter...
StephB
 
Messages: 227
Inscrit le: 06 Fév 2004, 22:48
Localisation: Toulouse

Messagepar roms707 » 02 Fév 2005, 10:26

Salut

En fait, l'histoire de ce Hercules (ça a un rapport avec le C-130, qui remplit la même fonction?) a subie un peu le même histoire que le Latécoére 631. Ils étaient tous les deux dépassés lors de leur sortie. Sauf que le laté a été retardé par la guerre.

C'est quoi cet effet de "bassin des Carènes"?

Il vraix que dans le film, moi qui ne connaissais pas trés bien la vie de HH, on a pas beaucoup de repére chronologique, à part la guerre j'ai eu du mal à situé précisément les dates. Les seules repère étaient les évenement aéronautiques.
roms707
 
Messages: 829
Inscrit le: 10 Juin 2003, 17:38
Localisation: Besançon, Franche-Comté

Messagepar alex II » 02 Fév 2005, 11:53

Pegase.tv a écrit:il mentionne Air France (qui à l'époque était en sommeil, mais dont effectivement on pouvait attendre qu'elle ressuscite une fois la guerre terminée), et Lufthansa. BC


Le retour du méchant juriste - boûûûh - pour un essai d'explication:

Il est aussi possible qu'Air France et Lufthansa aient payé une somme substantielle pour que leurs noms soient cités, il y a des agences qui s'occupent de cela à Hollywood (ça commence à arriver en Europe).

C'est même assez probable, car l'utilisation d'un marque dans un cadre commercial fait l'objet d'une licence (exemple: citer la marque Air France dans un film).

Il est d'ailleurs frappant que l'on ne parle pas de British Overseas, qui est une marque inactive dont les droits sont sans doute détenus par BA. Pourquoi BA aurait-elle payé pour faire de la pub pour une telle marque...?Par contre, Air France et Lufthansa ont du être intéressé par un tel deal avec la production. Dont acte.
alex II
 
Messages: 61
Inscrit le: 29 Déc 2004, 10:10

Messagepar Echo Romeo » 02 Fév 2005, 12:04

Tentative d'explication intéressante. Ca rappelle les James Bond, dont on dit souvent qu'il s'agit du plus long et plus coûteux spot publicitaire du monde (lancement de la BMW Z3, champagne, téléphone portable)...

Seulement, si mes souvenirs sont bons, Air France et Lufthansa sont citées au sein d'une phrase vantant les mérites de compagnies étatiques jouissant d'un monopole d'exploitation. Pas très porteur comme image ces temps-ci, ni aux USA, ni au sein de l'UE... :lol:

Dans le même registre, on parle beaucoup du Constellation et du Dc-4. La Douglas Company a disparu (absorbée par MDD puis Boeing) depuis belle lurette, mais "l'autre" conglomérat porte toujours le nom de Lockheed. Je n'ai pourtant pas entendu cette marque citée si souvent que cela (radins ?).
Echo Romeo
 
Messages: 1186
Inscrit le: 01 Juil 2003, 10:30
Localisation: Belgique

Messagepar Xavier de Pramont » 02 Fév 2005, 12:16

COUP DE CHAPEAU AUX AERO-MODELISTES "HYDRAVION".
Je réponds à la question posée sur L'effet "bassin des carènes".
Plutôt qu'un long discours, je vous propose un test d'illusion d'optique : vous n'aurez qu'à ouvrir le lien figurant plus bas, et cliquer sur la vidéo du centaur, un hydravion amphibie révolutionnaire, en train d'effectuer ce qu'on pourrait penser être un vol d'essai. La mer semble forte, terriblement agitée, on se demande comment l'appareil parvient à faire autre chose que couler. Et bien, détrompez-vous, sauf pour ceux qui sont un peu observateurs, on se fait prendre : Il s'agit d'un modèle réduit du futur appareil (Le centaur). La mer qui paraît si forte n'est en fait agitée que d'un tout petit clapot. Cela suffit pour se rendre compte de ce que serait le comportement en conditions réelles du véritable avion à coque.
Sur la vidéo du Beriev que vous trouverez sur un autre lien, (voir ci-dessous là aussi), on voit très bien les ingénieurs russes se livrer à la conception de la coque de l'hydravion "de ligne" russe. (Alors, Eric, si tu nous lis, on va enfin l'avoir à Marignane, ou pas, ce bel oiseau ?). Les essais ont ensuite lieu sur un modèle réduit, en bassin longitudinal ("bassin des carènes"). On crèe des vagues artificielles, d'amplitude et de fréquences parfaitement contrôlées, et on regarde comment se comporte la coque du "bateau volant". C'est super intéressant à voir. A ce propos, j'ai hâte de voir le "make-off" d'AVIATOR. Quel plaisir ce doit être que de voir comment on construit toutes ces scènes aéronautiques. Pour finir avec l'effet "bassin des carènes", le bon côté de la chose, c'est que, du Petrel (tiens, vous saviez, il existe toujours au Brésil, sous le nom de Paturi) au gigantesque HERCULES du film, les "bateaux volants" ont en fait des comportements très proches les uns des autres. Selon la taille de l'appareil, la mer vous semblera plus ou moins calme, la houle plus ou moins difficile à prendre, mais, en fait, la magie et le caractère éminément démocratique de l'hydraviation à coque tient à ceci : ce n'est qu'une famille unique de machines. Si vous faites du "petit" hydravion à coque, que vous mettez toute votre énergie à maîtriser ce délicat appareil, croyez-moi, au bout d'un nombre d'heures de vol, d'amerrissages dans des conditions diverses, de travail sur le redan, vous vous serez approché d'une manière pas du tout ridicule du niveau EXTRAORDINAIRE de pilotage des pilotes de Canadair (souvent eux-mêmes ex-pilotes sur porte-avion, la crème de la crème, quoi).

J'ai tenté de répondre à la question sans trop rentrer dans le détail des équations, si ce n'est pas suffisamment clair, n'hésitez pas à me le faire savoir. J'en profite, puisque on parle de "effet bassin des carènes", pour citer la réaction de Bernard Rigoulot, l'un de nos membres les plus actifs, sortant de son vol en hydravion à Biscarrosse avec Eric : Il m'appelle dès le lendemain :
- Xavier, c'était incroyable.
- Ah bon, Bernard, t'as aimé çà, les flotteurs.
- Mieux que çà, Xavier, mieux que çà, tu sais quoi, tu te souviens du film : "Chéri j'ai rétréci les gosses"?
- Euh oui, pourquoi ?
- Et bien, pour moi, c'est le contraire qui s'est passé. J'ai volé là-dedans, c'est comme si un magicien avait agrandi mes hydravions en modèle réduit, ou m'avait rétréci moi-même, comme tu voudras. Je t'assure, je n'ai guère été surpris par le comportement en vol et au contact de l'eau. C'était peut-être un peu plus mou, en fait plus facile qu'avec le modèle réduit. Mais sinon, quel pied, de se dire que toutes ces heures passées à fabriquer et à faire voler nos modèles réduits nous rapprochent à ce point-là de la vraie vie, de la réalité du vol. C'est purement et simplement génial, je ne m'attendais pas à cela.
- Alors, te voilà parti pour devenir pilote d'hydravion, Bernard.
- Sûr."

C'est à cette conversation que Bernard Chabbert me ramène lorsque dans le post figurant sur un autre sujet (consacré à la voltige), il confirme avec un autre participant qu'au bout d'un certain nombre d'heures de vol, on peut se permettre de voler "dans sa tête". Bernard Rigoulot, quant à lui, grâce à l'aéromodélisme, me donne bien l'impression, non pas d'être parti pour être un pilote d'hydravion, mais d'avoir été, sans avoir totalement conscience, un sacré pilote d'hydravion toute sa vie. C'est çà que je veux souligner en parlant "d'effet bassin des carènes". Tout à fait d'accord avec notre ami qui dit qu'il est prétentieux de juger qui sont les bons et les mauvais pilotes à des critères de taille de machine, etc. Bernard Rigoulot, les ingénieurs russes qui ont passé des heures en bassin à peaufiner le comportement de la coque du Beriev 200, les pilotes qui les ont assistés dans ce travail, tous font bien partie de la même famille, à laquelle viennent de se joindre, même si leur boulot n'est pas parfait, les ingénieurs-dessinateurs-graphistes et spécialistes 3D du film AVIATOR, qui, comme je vous le disais hier est un film vraiment superbe.

D'ailleurs, une preuve a contrario de sa qualité, écoutez plutôt :

AVIATOR n'est donc pas parfait sur le plan technique (voir mon post d'hier sur le même sujet concernant la séquence de décollage de l'hydravion géant). En revanche, j'insiste, c'est un film doté d'un réel sens de l'esthétique, d'où de belles séquences aériennes.

Par comparaison, je me suis offert hier soir une autre référence : six jours, sept nuits, mettant en scène Harrison Ford et un Beaver, sans oublier la très jolie Anne Heche. J'étais tombé récemment sur un article d'AOPA magazine consacré au propriétaire du Beaver utilisé dans ce film, alors j'avais décidé d'oublier les réticences qui avaient été les miennes à la sortie sur grand écran et de le voir en DVD.
Par comparaison, même si je ne me suis pas ennuyé pendant "six jours sept nuits", je dois dire que j'ai été totalement déçu par l'utilisation "repoussoir" qu'a fait le réalisateur de cette fabuleuse machine (le Beaver). Comment Harrison Ford, fana d'hydravions, propriétaire d'un Beaver lui-même, membre de l'AOPA, a-t-il pu accepter qu'on relègue cet appareil au rang de vieux clou tout juste bon à aller se crasher sur une île ? Ce qui, par contraste, nous démontre a posteriori combien, par comparaison, AVIATOR est un grand film, qui, lui, au moins, fait la part belle à l'aviation.

Dans AVIATOR, les avions font vraiment partie du casting, ils ne sont pas de simple faire-valoir.
Ce qui me fait poser la question suivante aux participants du forum : Dans la foulée de AVIATOR, histoire de rester dans le bain, quels films (fiction ou documentaire) mettant en scène des avions avez-vous aimé ?
Qui a vu ou détiendrait le film tourné par la BBC mettant en scène Pierre Jaunet et son Catalina Z-CAT ?
Quel metteur en scène de fictions ou de documentaires (à part Nicolas Hulot qui reste un très grand artiste de l'image mettant en scène des machines volantes, j'ai encore en souvenir la scène de radada dans les collines de Sri Lanka à bord d'une mini-montgolfière monoplace) vous semble sortir du lot ?
Amitiés
Xavier

Autres liens :
Le film Aviator vu sous l'angle de l'hydraviation :
http://seaplane.free.fr/aviator.htm

Deux projets hydravions et utilité d'essais en bassin des carènes :
http://seaplane.free.fr/projets.htm

Chronique de l'HYDRAVION-CLUB DE FRANCE :
http://seaplane.free.fr/hcf.htm
Dernière édition par Xavier de Pramont le 02 Fév 2005, 15:31, édité 2 fois au total.
Xavier de Pramont
 
Messages: 1200
Inscrit le: 19 Jan 2005, 16:21

PrécédentSuivant

Retour vers Archives

cron